BIO

Émilie Detoc se consacre depuis 2008 à la photographie (numérique et argentique) et, depuis quelques années, à un travail associant cadres anciens et compositions plastiques. Elle s’intéresse en particulier aux thématiques de l’altérité, du vide et de la mémoire. Son univers allie matière végétale, pièces de métal et photographies partiellement effacées ou raturées. Se penchant sur des vestiges d'image en voie de disparition, elle tente de restituer une voix aux domaines oubliés de la fragilité.  

 

Après deux ans aux Beaux-Arts de Nantes, Dominique Clavreul écrit l’opéra expérimental Heart’s Grave qu’il crée au Théâtre de la Petite Ortie en 1992. L’année suivante, l’album du même nom dont le visuel est l'oeuvre de Arnulf Rainer, sort sur le label suédois Ad Perpetuam Memorian. En 1993, à Nantes, encouragé par ses professeurs et amis Pierre Giquel et Philippe Lepeut, D. Clavreul imagine et supervise l’exposition d’art contemporain This is the place where, évènement présentant douze artistes émergents dont Régis Perray. En Mars 1998, toujours à Nantes, il organise le festival Up Tight autour du photographe et poète Gerard Malanga. De 1999 à 2004, il se consacre à une série de portraits (vidéos, dessins et photographies). Début 2006, il crée le projet rock Demian Clav. Parallèlement à de nombreux concerts, il écrit et enregistre trois albums : Nightfall Prayers (2009), Wisteria Lodge (2011) et Adrift (2014). Depuis 2017, il a entrepris la gestion d’un fonds de photographies et de films réalisés de 1988 à aujourd'hui ainsi que l’élaboration de créations de techniques mixtes. S'attachant à élire et à visualiser des fragments d'éléments autobiographiques, usant de ces fragments comme les lettres d'un alphabet, il retranscrit ainsi un cheminement intérieur.

LE COLLECTIF YAJ :

MANIFESTE RESLPENDISSANT

Apparu en 2018, le Collectif Yaj est enraciné dans les années soixante-dix du 20ème siècle. Longtemps le Collectif Yaj fut un groupe de rock, il fut aussi un film, un personnage de ce même film, il est aujourd'hui un atelier où est honorée la mémoire de Yaj, Yajna, la plus tendre des labradors. Du haut de sa tour de branches et de draps, de la source de ses mille métamorphoses, notre duo embrasse la terre, le ciel, les arbres et les animaux.

Le Collectif Yaj interroge la photographie et ses liens avec le dessin originel. Il s'enorgueillit d'être davantage un oratorio jungien qu'un opéra freudien. Il célèbre fragilité, passion et humilité. Il se nourrit essentiellement de ses années d'errance, il façonne des poèmes symphoniques synonymes d'ivresse et de recueillement. Il réconcilie les contraires. Il sépare le grain de l'ivraie, envoie un accord de guitare et la flamme prend la forme d'un épi.

Le Collectif Yaj avance, observez sa démarche légère, assurée, authentiquement joueuse, ses œuvres semblables à des aveux énigmatiques, des énigmes libératrices, ses pièces narratives reconstituant un univers peuplé de miroirs et de spectres.

©collectif yaj